Bienvenue sur le site de Patrimoine sans frontières
Facebook Twitter RSS
fr uk es jp

Communiqués de presse



Pour Haïti, sa jeunesse et sa musique : la collecte progresse ! (le 24/01/2014)























Grâce au soutien de nombreux donateurs, notamment lors de deux concerts organisés en faveur du projet par la ville de Suresnes, la collecte de Patrimoine sans frontières pour Haïti a dépassé la barre des 1 200 euros. Toute l’équipe de l’association remercie chaleureusement les personnes qui participent ainsi à l’aventure et encourage les autres à nous rejoindre. Mobilisons-nous pour réunir la somme de 5 000 euros d’ici 39 jours, afin d’effectuer la première mission dans les écoles de musique d’Haïti !

Retrouvez tous les détails du projet ainsi que les actualités et les passages radio qui lui ont été consacrés sur KissKissBankBank et sur notre page Facebook. Et surtout, parlez-en autour de vous !



























Le projet, en bref...
À tous les âges de la vie, de l’apprentissage à la vie professionnelle, à chaque évènement, la musique rythme la vie d’Haïti. Soutenir les pratiques musicales, c’est donc renforcer le lien social qu’elles animent, mais également favoriser le développement d’un secteur économique important du pays.

Notre collecte d’instruments, première étape importante de ce projet, a été un succès grâce à une impressionnante mobilisation collective et aux dons de nombreux particuliers… Aujourd’hui, nous lançons cette campagne sur KissKissBankBank en espérant que cette mobilisation permettra de poursuivre l’aventure.

Notre projet vise à améliorer les conditions d’enseignement de la musique dans les écoles, et à pérenniser le fonctionnement de celles-ci. Il consiste donc à envoyer deux professeurs-luthiers de l’ITEMM pour une mission de deux semaines en Haïti. À travers des ateliers de sensibilisation et de pratique, plus d’un millier d’élèves âgés de 7 à 25 ans, ainsi que leurs professeurs, devraient acquérir les bases de la réparation et de l’entretien des instruments. La mission se déroulera dans huit écoles de musique, réparties sur six communes du territoire haïtien : Port-au-Prince, Cap-Haïtien, Gonaïves, Les Cayes, Saint-Marc et Jacmel.

Ce projet est essentiel pour permettre aux écoles de musique de se développer de façon pérenne, comme en témoigne Bénisse Sanon, 25 ans, élève saxophoniste chargé de la réparation des instruments à vent à l’école de musique de Jacmel depuis un an. « Cette activité me permet de vivre et de préparer mon avenir ; ça contribue à développer mon intelligence. Et c’est aussi très important pour l’école parce qu’elle ne peut pas fonctionner s’il n’y a pas de solutions de réparation des instruments. C’est la même chose pour toutes les écoles de musique en Haïti. Le seul problème, c’est que je n’ai pas vraiment eu l’opportunité de suivre une formation solide dans ce domaine. J’ai seulement suivi un séminaire de 2 semaines. C’est une grande contrainte, mais on travaille pour essayer de dépasser ça. »


Communiqués de presse

Février 2012

A l’occasion du deuxième anniversaire du séisme, PSF lance une collecte d’instruments pour le maintien des pratiques musicales à Haïti.

Deux ans après le séisme, la situation des Haïtiens justifie toujours des actions de solidarité. La pratique musicale, largement répandue à travers le pays et dans toutes les générations, favorise les solidarités locales et renforce la transmission culturelle. Aujourd’hui, le manque d’instruments limite considérablement les activités des musiciens et élèves des écoles de musique. La situation est singulièrement accentuée en dehors de Port-au-Prince, malgré plusieurs initiatives de création d’atelier.

Télécharger le communiqué de presse


Avril 2011

25 ans après Tchernobyl, retour sur l’action de PSF en Biélorussie dans le cadre du programme CORE

La question de la mémoire après un accident nucléaire

De 2003 à 2006, PSF a mené un projet sur la transmission intergénérationnelle et internationale de la mémoire de l’accident de Tchernobyl, engageant des actions pour aider les habitants des territoires contaminés à conserver la mémoire des lieux perdus et à se réapproprier la mémoire de cette tragédie silencieuse vécue comme indescriptible et irreprésentable. Les actions ont été élaborées en partenariat avec différentes institutions internationales, nationales et territoriales mais aussi avec l’appui de fondations privées.

Télécharger le communiqué de presse-


Juillet 2009

Kosovo : projet de restauration de l’église Saint Sauveur de Prizren

Du 20 juillet au 2 août 2009, une équipe pluridisciplinaire et internationale de spécialistes réalisent la documentation et les analyses techniques nécessaires à la restauration de l’église Saint Sauveur de Prizren au Kosovo.

L’église Saint-Sauveur constitue un témoignage important de l’architecture et de la peinture murale serbe de la fin de la période byzantine. La partie la plus ancienne de l’église, datant du XIVe siècle (vers 1330) est couverte de fresques. Elle a été complétée au XIXe siècle (1836) par une annexe et un beffroi qui n’ont jamais été achevés.

Programme sous l’égide de l’Unesco avec le co-financement des ministères des affaires étrangères français et allemand.

Télécharger le communiqué de presse


Juin 2007

Colloque Toponymie et déplacements

Suite à la catastrophe de Tchernobyl, plusieurs centaines de villages ont été abandonnés, voire enterrés. Certains n’apparaissent plus sur aucune carte administrative et leurs noms sombrent dans l’oubli, interdisant aux personnes qui en sont originaires de dire d’où elles viennent.

Il s’agit d’un des exemples révélant que PSF s’est régulièrement trouvé confrontée à la disparition, volontaire ou non, des noms de lieux, et aux blessures que ces disparitions peuvent engendrer.

En partenariat avec la Commission nationale de toponymie, PSF entend faire reconnaître l’importance du toponyme comme élément de patrimoine immatériel en péril. PSF soutient activement son inscription sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO.

En 2007, PSF est opérateur de la CNT pour l’organisation du colloque international "Toponymie et déplacements", organisé à l’Ecole nationale des sciences géographiques les 21 et 22 juin.

Telecharger le communiqué de presse


Septembre 2005

Patrimoine sans frontières s’associe aux 22e Journées Européennes du Patrimoine

Pour la 22e édition des Journées Européennes du Patrimoine organisée par le Ministère de la culture et de la communication, les 17 et 18 septembre prochains, plus de 2 600 manifestations seront proposées dans 1 465 sites et monuments de notre région. Cette année, les JEP sont placées sous le thème « J’aime mon patrimoine », deux jours pour manifester son attachement au patrimoine.

L’association Patrimoine sans frontières s’associe à cet événement culturel majeur en présentant ses activités dans la future Cité de l’Architecture et du Patrimoine au Palais de Chaillot, qui ouvrira exceptionnellement ses portes au public. Nous vous invitons à rencontrer notre équipe et à (re)découvrir nos projets lors de cette manifestation.

Patrimoine sans frontières participe également à l’émission de RFI « Patrimoines » animée par Michel Schulman et diffusée samedi 17 septembre, à 5h40 et 11h40.

Future Cité de l’Architecture et du Patrimoine
 Palais de Chaillot
 1, place du Trocadéro, aile Paris
 75016 Paris
 M° Trocadéro
 Samedi et dimanche de 10h à 13h et de 14h à 17h

Télécharger le communiqué de presse, pdf, 300 ko


Septembre 2005

Parution de l’ouvrage Patrimoine des Balkans, en librairie en France le 9 novembre

En 2001, l’association Patrimoine sans frontières (Psf) a engagé une action sur un site exceptionnel et méconnu d’Albanie, la ville de Voskopojë. Le projet, intitulé « Voskopojë sans frontières », a conduit de nombreux spécialistes français, allemands, grecs et albanais dans un village qui fut au XVIIe et XVIIIe siècle l’une des villes les plus florissantes des Balkans. Dans le cadre du programme Culture 2000 de la Commission européenne, un chantier-école européen de conservation et de restauration centré sur l’église Saint-Athanase a été entrepris en 2004 sous la direction scientifique de l’Institut national du patrimoine et en collaboration avec l’Institut des Monuments de Culture d¹Albanie. Parallèlement, d’autres actions ont été menées à Voskopojë : archéologie du site, photogrammétrie, études d¹architecture, d¹histoire de l¹art, d’iconographie, de climatologie...

Située sur la route qui reliait Venise, Dürres et Constantinople, Voskopojë possédait une Académie, une imprimerie et de nombreuses églises. Enclave chrétienne au sein du vaste Empire ottoman, elle faisait appel aux meilleurs artistes du temps, comme David Selenica ou les frères Constantin et Athanase Zografi, formés au mont Athos, pour peindre à fresque les lieux de culte. Le relatif oubli dont a souffert Voskopojë durant les dernières décennies a malheureusement engendré de graves problèmes de conservation, mettant en péril ce site précieux du patrimoine mondial qui compte un monastère et cinq églises exceptionnelles par leurs décors peints post-byzantins, intérieurs et extérieurs.

Patrimoine des Balkans. Voskopojë sans frontières 2004 se propose donc de faire le compte-rendu des premiers travaux conduits sur les lieux mêmes. Le volume, constitué de plusieurs contributions des spécialistes qui se sont rendus sur place, témoigne de la diversité des actions menées et, surtout, de l’importance et de l’intérêt du patrimoine de Voskopojë. Mais le propos de l’ouvrage se veut plus large. Voskopojë ne saurait être isolée d¹une réflexion générale sur l’art post-byzantin dans les Balkans, descendant direct de l’art byzantin, qui s’est épanoui parallèlement à l’art de l’islam dans des régions situées aux frontières de l’Occident et de l’Orient. C’est pourquoi d’autres textes ont été réunis dans le volume, afin de montrer comment l’expression artistique des Balkans s’inscrit, en dépit de ses particularités, dans une tradition riche et multiple.

Contributions : Français : Aline Berelowitsch (restauratrice), Béatrice de Durfort (Psf), Guillaume de Monfreid (architecte), Jannic Durand (conservateur en chef au musée du Louvre), Maximilien Durand (historien de l’art, INP), Geneviève Gallot (directrice de l’INP), Franziska Hourrière (restauratrice), Delphine Mercier (historienne de l¹art), Catherine Vernochet (restauratrice), Saïd Zulficar (Psf) Albanais : Miltiadh Bibo (restaurateur), Elio Hobdari (architecte), Gëzim Hoxha (archéologue), Kliti Kallamata (directeur de l’IMK Korça), Ajet Nallbani (directeur de l’IMK Berat), Daniel Rrumbullaku (restaurateur) ; Italien : Simona Sajeva (ingénieur) ; Allemand : Karin Kirchhainer (historienne de l’art)

Patrimoine des Balkans. Voskopojë sans frontières 2004 Editions d¹art Somogy/ Patrimoine sans frontières Ouvrage collectif sous la direction de Maximilien Durand Broché avec rabats, 23*28 cm, 192 p., 80 illustrations, bibliographie, 2005 Prix de vente : 35 euros ISBN : 2-85056-927-5

CONTACT PRESSE

Maximilien Durand

Patrimoine sans frontières 61, rue François Truffaut 75012 Paris 01 40 02 05 90 info@patrimsf.org

Télécharger le communiqué de presse, pdf, 340 ko


Juillet 2005

La Foire Internationale de Tripoli, au Liban, œuvre majeure de l’architecte Oscar Niemeyer, est désormais inscrite sur le World Monuments Watch list of 100 Most Endangered Sites of 2006

Télécharger le communiqué de presse, pdf, 216 ko


Septembre 2004

Le 30 septembre 2004, à Paris, une soirée au profit du projet "Tchernobyl et les villages perdus" à été organisée à la Sorbonne. Au programme figurait la projection du film « Les Villages perdus », réalisé sur un texte de l’écrivain Svetlana Alexievitch qui « met en mots et en images l’invisible ». Un concert a ensuite été donné par le violoncelliste Jérôme Pernoo et le pianiste Jérôme Ducros.

Télécharger le communiqué de presse, pdf, 80 ko


Janvier 2004

Le Communiqué de presse du lancement de l’ouvrage La Case obus : histoire et reconstitution, Christian Seignobos, Fabien Jamin (co-édition Patrimoine sans frontières et Editions Parenthèses, janvier 2004).
Télécharger le communiqué de presse, pdf, 188 Ko


Mentions légales  Nous contacter  Plan du site  Plan global du site
Toutes les images sont sous droits d'auteurs. © Patrimoine sans frontières et ©Franck Vogel, ©Renaud Guillou, ©Arno Fougères, ©Emmanuel Nyeborg, ©Pierrot Mer.